Déc 30, 2017

Posted by in Médias & Web | Commentaires fermés sur    L’ONU : organisation des Nations unies

   L’ONU : organisation des Nations unies

   L’ONU : organisation des Nations unies

 

  Esclavage

L’Organisation des Nations unies, formule des recommandations et des prières, mais, au nom du principe de non-ingérence, dans les affaires intérieures des États, reste impuissante à les imposer.

Ainsi, sous son égide, le 15 décembre 2000, 120 pays avaient signés à Palerme, une convention contre le crime organisé.

Deux protocoles facultatifs, y étaient joints, l’un sur le trafic des migrants (signés par 77 pays), l’autre, sur la traite des personnes (signés par 79 pays).

Pour la première fois, un texte international, condamnait toutes les formes d’esclavage.

 Mais, la signature n’a pas été suivie de beaucoup d’effets.

Dans ce domaine, la seule force de l’ONU, est une force morale, et les gouvernements, qui le savent bien, sauvent la face, en promulguant des lois, que personne ne respecte, et refusent toute mesure qui donnerait de réels pouvoirs, au Conseil de sécurité, alors que ce dernier, aurait la capacité, de traquer les États coupables, et dans un premier temps, de les désigner publiquement.

S’ils restaient insensibles à cet opprobre (ce qui est rare), on pourrait utiliser les embargos, ou d’autres moyens de contrainte.

On l’a bien vu au Niger, lorsque le gouvernement, sous la pression internationale, déclara l’esclavage coutumier illégal, et ceux qui continueraient à le pratiquer passibles de 30 ans de prison. Aussitôt, 200 esclaves furent libérés.

Cela est d’autant plus regrettable, que la coopération économique, offre aujourd’hui, les éléments susceptibles, d’imposer ce genre de décisions à l’échelle internationale avec les rituels du G8 (groupe de discussion et de partenariat) et du colloque de Davos, et avec les outils, que sont la banque mondiale ou le FMI.

 

Alors que la guerre connaît l’internationalisation de règles, qui définissent les crimes de guerre poursuivies, devant le tribunal international de la Haye, pourquoi le problème de l’esclavage échapperait-il à cette logique ?

Malheureusement, l’expérience de ces dernières années, laisse peu d’espoir de voir les différents gouvernements réagir dans un proche avenir.

En fait, il existe une complicité générale des silences, que personne ne souhaite briser sous peine, de mettre en cause, non seulement, des personnes et des institutions, mais aussi, les structures fondamentales du monde contemporain.

 

Une spécialiste aussi avertie, que Suzanne Miers, se montre d’un pessimisme alarmant sur le sujet, lorsqu’elle dénonce la “disparité de richesse entre pays riches et pauvres […] exacerbée par les agitations, notamment, les petites guerres qui ravagent les pays pauvres, […] la montée en puissance du crime organisé (ensemble des actes illégaux) facilité par le blanchiment de l’argent, et les progrès de la communication…”, et conclut qu’en dépit de toutes les lois, il est peu probable qu’on assiste à des améliorations marquantes, en ce début du XXIe siècle, tant que la volonté politique marquera.

 

L’homme politique et l’écologiste français, Brice Lalonde, qui, actuellement, conseiller ONU, pour le développement durable, était l’invité de la journaliste française de LCI “Audrey Crespo-Mara”, le vendredi 1er décembre 2017.

Les émissions de cette dernière, passent la barre symbolique de 4 millions de téléspectateurs.

Le journal de “13 heures” d’Audrey Crespo-Mara de la semaine dernière a attiré 40 % du public, soit 3.566.800 téléspectateurs.

 

Comments are closed.

scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services