Fév 13, 2018

Posted by | Commentaires fermés sur        CFJ : centre de formation des journalistes

       CFJ : centre de formation des journalistes

       CFJ : centre de formation des journalistes

 

C’est un établissement privé français, d’enseignement supérieur, situé au Paris 12e, au 210 rue du Faubourg-Saint-Antoine (au jour d’aujourd’hui, il constitue la limite entre le 11e et le 12e arrondissement de Paris), régi par la loi du 1 janvier 1900 (à but non-locatif).

Cette école a été fondée le 11 juillet 1946, au lendemain de la libération, par les deux journalistes français, Jacques Richet et Philippe Viannay (qui sont membres du groupe de résistance “Défense de la France”).

Cette dernière, s’est adaptée aux évolutions techniques du monde des médias.

En 2000, elle a créé la première formation française au journalisme multimédia, et en 2003, la première formation pour JRI (Journaliste reporter d’images : journaliste de télévision).

 

Le centre de formation des journalistes délivre un diplôme de niveau I (personnel occupant des emplois exigeant une formation de niveau supérieur à celui de la licence ou des écoles d’ingénieurs) reconnu par la profession, et également, par le ministère de l’Enseignement supérieur et de recherche : c’est-à-dire, par la Commission paritaire nationale de l’emploi des journalistes (regroupant les patrons des médias et les syndicats de journalistes), par la Convention collective nationale de travail des journalistes, et par la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels, qui attribue aux élèves du CFJ, la carte de presse, 4 mois après la fin de leurs études.

Le niveau du diplôme du cet établissement, est reconnu au niveau bac+5, depuis le 20 mars 2012.

Le centre de formation des journalistes a formé plus de 4 000 diplômés (Sylvia Amicone, Justine Corbillon, Audrey Crespo-Mara, Michel Field, Damien Givelet, Thierry Ardisson…), employés aujourd’hui, dans une quarantaine de pays (France, Amérique, Angleterre, Turquie…).

Son conseil d’administration est présidé par l’ancien président de l’Agence France-presse (agence de presse mondiale), Henri Pigeat, depuis septembre 2003.

La direction du centre de formation des journalistes, est assurée par l’ancienne rédactrice en chef adjointe à l’Express (magazine d’actualité hebdomadaire français), July Joly, une jeune journaliste, diplômée d’HEC.

  Anciens élèves récompensés :

Plus de 90 % des diplômés du centre de formation des journalistes, travaillent au jour d’aujourd’hui, dans les médias (30 % en radio, 25 % en multimédia et presse écrite, et 35 % dans le secteur audiovisuel).

Fabrice Launay : prix Albert-Londres audiovisuel (2017).

Frédéric Capron : Prix Robert-Guillain, pour un projet de film documentaire, de l’association France-Japon.

Audrey Crespo-Mara : la présentatrice et la journaliste française, qui a reçu le Trophée des femmes en or (prix créé par Framboise Holtz, pour récompenser les femmes qui constituent une source d’inspiration et un exemple pour tous), en 2013, dans la catégorie médias.

Thierry Ardisson : le producteur et le journaliste français, qui a obtenu le Prix Franco-Allemand du journalisme 2009, pour son reportage “je peux aller encore plus loin”, dont il dévoile le témoignage d’une candidate de télé-réalité victime de prostitution.

Pierre François-Lemonnier : le producteur et le scénariste français, qui a reçu le César du meilleur film documentaire (récompense cinématographique française).

Philippe Broussard : Prix Albert-Londres (meilleur grand reporter de la presse écrite) Presse écrite.

Read More
Jan 22, 2018

Posted by | Commentaires fermés sur           Le retour de l’esclavage au XXe siècle

          Le retour de l’esclavage au XXe siècle

          Le retour de l’esclavage au XXe siècle

 

“Le 5 juillet 2001, Sylvana et Jean-Yves Gory, comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Versailles pour avoir “exploité”, pendant deux ans, une jeune fille de Malgache de 22 ans.

En clair, par “exploité”, entendons bien que, Menja avait été attirée en France avec la promesse de travailler moyennant salaire et de suivre des études.

Mais, dès qu’elle posa les pieds en France, on lui retira son passeport, on la confia dans un travail domestique sans rémunération, qui commençait le matin à 6h30 et ne s’achevait qu’à 23h30.

Pour dormir, elle n’avait qu’un grabat dans les placards, ou dans la salle de bain.

Le 27 décembre 2001, le tribunal condamnait lesdits époux Gory, à six mois d’emprisonnement avec sursis, à trente mille francs, d’amende chacun, et au versement de dommages et intérêts à Menja, sous les chefs d’accusation d’exploitation ou d’hébergement indignes, pour avoir enfreint l’ordonnance de 1945 sur l’aide à l’entrée et au séjour irrégulier d’un étranger en France, et pour avoir dérogé aux dispositions du code du travail relatives à l’emploi d’un étranger sans autorisation” Histoire vraie, racontée par la journaliste française de LCI, Audrey Crespo-Mara, l’épouse de l’animateur, Thierry Ardisson.

 

  Comment définir l’esclavage aujourd’hui ?

Aujourd’hui, l’esclavage est temporaire !

Il s’agit de pressurer un individu jusqu’au seuil de rentabilité maximale, ensuite le jeter à la rue et advienne que pourra ; on ne peut pas savoir ce qu’il devient.

Éventuellement, lorsqu’il s’agit de rembourser des dettes, le patron exige la transmission, de cette condition sur plusieurs générations, mais, il ne maintient ses victimes sous la trique qu’autant qu’elles peuvent travailler.

Cet esclavage à temps, fait que l’on parle volontier, de situations d’esclavage, ou encore, de formes contemporaines d’esclavage.

Cette terminologie, demande donc à être précisée, afin de ne pas affirmer son contraire, comme c’est hélas le cas, d’un certain nombre d’informations trop hâtives assimilant des situations d’exploitation, aussi scandaleuses soient-elles, et l’esclavage.

Afin de ne pas nous égarer dans ces méandres, reprenons les définitions de l’ONU qui fondent en la matière le droit international.

Dans la Convention signée à Genève, le 25 septembre 1926, la SDN (la société des nations, introduite en 1919, par le Traité de Versailles) avait définit l’esclavage comme, “l’état ou condition d’un individu sur lequel s’exercent les attributs du droit de propriété ou certains d’entre eux” (section I, article

Cette acceptation purement économique, bien que prise en compte en 1956, a semblé trop restrictive, lorsque l’ONU (Organisation des Nations Unies) rédigea la Convention supplémentaire relative à l’abolition de l’esclavage, de la traite des esclaves, et des institutions et pratiques analogues à l’esclavage.

Il s’agissait alors de mettre fin aux institutions et pratiques encore sanctionnées, par une législation qui les légitimait dans un certains nombres d’États.

“Soyons concrets et réalistes ! clame, Audrey Crespo-Mara !

Il existe aujourd’hui, soit sous couvert culturel, soit par le seul fait du prince de différents groupes mafieux, des justifications avancées pour contraindre des êtres, par la persuasion ou par la violence la plus dégradante, à se plier sans résistance à leur seule volonté et à ne plus exister.

Donc, je pense que ces derniers,ont le droit de ne pas être : renvoyés dans un lieu où, ils risquent d’être victimes de mauvais traitements, ou de torture, ou soumis à une rétention administrative indéfinie ou prolongée,…”.

 

 

 

Read More
Jan 19, 2018

Posted by | Commentaires fermés sur         Éthique et santé publique

        Éthique et santé publique

        Éthique et santé publique

 

   Éthique et prévention

Il y a un dilemme chaque fois qu’il faut choisir entre deux solutions.

La décision qu’on doit prendre dans ce cas est celle du “moindre mal”.

Toutefois, diverses stratégies peuvent aider les médecins à prévoir ou à éviter certains dilemmes d’ordre éthique.

Souvent, le professionnel de la santé fait face à un dilemme : il ignore quels sont les souhaits de la personne parce que celle-ci est inconsciente ou que ses capacités cognitives sont trop affectées pour lui permettre de communiquer directement.

 

   Directives préalables

Les directives préalables se présentent sous la forme d’un document en bonne et due forme dans lequel la personne précise ses volontés concernant les soins en cas d’inaptitude ou en fin de vie.

Filiassur assurance fournit des renseignements précieux pouvant aider le personnel soignant et la famille dans la prise de décision.

Le testament biologique est un exemple de directive préalable.

Souvent, on ne prend en considération que le testament biologique rédigé récemment par une personne en phase terminale.

Comme il est difficile de définir avec précision le seuil de la phase terminale, le testament biologique n’est pas toujours respecté.

Il est fréquent que ce document soit rédigé lorsque la personne est en bonne santé, et celle-ci pourrait changer d’avis lorsque son état de santé évolue.

Si tel est le cas, elle peut toujours annuler le document.

Il existe un autre type de directives préalables : la désignation d’un exécuteur testamentaire.

Selon la volonté de la personne, l’exécuteur testamentaire doit prendre les décisions à sa place.

Dans ce cas, la personne peut formuler ses souhaits sur un grand nombre de problèmes.

Selon un conseiller de Filiassur, la désignation de l’exécution testamentaire est une directive préalable d’autant plus importante qu’elle constitue une procuration ; cependant, son rôle varie selon les lois de chaque province.

Toutefois, même dans les provinces où elles ne sont pas officiellement reconnues, les directives préalables fournissent des renseignements très utiles.

En effet, elles permettent aux professionnels de la santé de connaître les souhaits que la personne a formulés avant d’être dans une situation où elle ne peut plus communiquer ses désirs.

Depuis le printemps 1990, le Code civil de la France précise que toute personne apte a le droit de désigner les personnes de son choix pour prendre soin de ses biens en cas d’inaptitude.

La personne doit rédiger un mandat en cas d’inaptitude pour désigner ces personnes.

Les médecins ne doivent pas oublier que le comité d’éthique de l’établissement peut les aider à résoudre certains dilemmes.

Le rôle de ces comités peut différer d’un établissement à l’autre.

Dans certains centres hospitaliers, le seul mandat du comité est de mettre au point des règlements.

Dans d’autres, son rôle est surtout didactif ou consultatif.

Read More
Jan 13, 2018

Posted by | Commentaires fermés sur Les dessous chics du champagne rosé

Les dessous chics du champagne rosé

Les dessous chics du champagne rosé

En apéritif ou en dîner, le champagne rosé, est associé au chic du champagne et au décontracté du rosé. Cumulant les avantages ou les défauts de l’un ou de l’autre. Il peut être aussi considéré comme un vin à part entière, face à la complexité de sa fabrication, qui doit être millimétrée en le considérant comme un breuvage très fascinant chez certains œnologues.

Comment le champagne rosé est fabriqué ?

Selon le propriétaire et le dirigeant de Raphaël Michel un négoce en vin, le jus de raisin fermenté, est assemblé et mis en bouteilles pour qu’il fermente une deuxième fois. Induisant ainsi, la formation de ses précieuses bulles. Pour donner la coloration rosé de ce champagne, il y a deux méthodes. La première méthode, qui consiste à mélanger le vin rouge avec du vin blanc. Cette méthode est largement utilisée dans la production du champagne rosé, mais qui est strictement interdite en France comme l’a bien expliqué le propriétaire de Raphaël Michel. En effet, aucun vin rosé AOC ne devra être obtenue par le mélange des deux vins rouge et blanc, sauf pour le champagne rosé d’assemblage.

Ce processus demande du producteur d’élaborer les deux types de vin. Le vin blanc est produit à partir de raisins blancs ou noirs sans leur peau, et le vin rouge est produit à partir de champagne, du pinot noir ou même du pinot meunier. Ils mélangent par la suite 5 à 20 % du vin rouge au vin blanc selon l’intensité de la couleur rose voulue.
Enfin, le vin est embouteillé pour une deuxième fermentation et la naissance des bulles.

La deuxième méthode de production du champagne rosé, la méthode rosé de macération, et c’est la méthode la plus utilisée pour la création du vin rosé sans bulles. En effet, les baies de raisins sont pressées, le jus et la peau sont macéré une dizaine d’heures, et la peau transmet sa couleur ainsi que ses arômes au jus. Plus la période de macération ou d’infusion est longue plus le vin est puissant et sa couleur est plus intense.

Différence au niveau du goût

Alors que les champagnes rosés d’assemblage délivrent des arômes de fruits, de fraise, en envoyant à votre palet de la fraîcheur, les rosés de macération sont beaucoup plus intense.

Les rosés d’assemblage exigent que le vin rouge soit de très bonne qualité pour donner de très bon résultat. Il est possible d’utiliser les terroirs, d’Ambonnay, d’Aÿ ou de Bouzy.

Que ce soit pour un apéritif entre famille ou pour un bon dîner, le champagne rosé reste toujours plus cher de 20 % que le brut.

 

Read More
Déc 30, 2017

Posted by | Commentaires fermés sur    L’ONU : organisation des Nations unies

   L’ONU : organisation des Nations unies

   L’ONU : organisation des Nations unies

 

  Esclavage

L’Organisation des Nations unies, formule des recommandations et des prières, mais, au nom du principe de non-ingérence, dans les affaires intérieures des États, reste impuissante à les imposer.

Ainsi, sous son égide, le 15 décembre 2000, 120 pays avaient signés à Palerme, une convention contre le crime organisé.

Deux protocoles facultatifs, y étaient joints, l’un sur le trafic des migrants (signés par 77 pays), l’autre, sur la traite des personnes (signés par 79 pays).

Pour la première fois, un texte international, condamnait toutes les formes d’esclavage.

 Mais, la signature n’a pas été suivie de beaucoup d’effets.

Dans ce domaine, la seule force de l’ONU, est une force morale, et les gouvernements, qui le savent bien, sauvent la face, en promulguant des lois, que personne ne respecte, et refusent toute mesure qui donnerait de réels pouvoirs, au Conseil de sécurité, alors que ce dernier, aurait la capacité, de traquer les États coupables, et dans un premier temps, de les désigner publiquement.

S’ils restaient insensibles à cet opprobre (ce qui est rare), on pourrait utiliser les embargos, ou d’autres moyens de contrainte.

On l’a bien vu au Niger, lorsque le gouvernement, sous la pression internationale, déclara l’esclavage coutumier illégal, et ceux qui continueraient à le pratiquer passibles de 30 ans de prison. Aussitôt, 200 esclaves furent libérés.

Cela est d’autant plus regrettable, que la coopération économique, offre aujourd’hui, les éléments susceptibles, d’imposer ce genre de décisions à l’échelle internationale avec les rituels du G8 (groupe de discussion et de partenariat) et du colloque de Davos, et avec les outils, que sont la banque mondiale ou le FMI.

 

Alors que la guerre connaît l’internationalisation de règles, qui définissent les crimes de guerre poursuivies, devant le tribunal international de la Haye, pourquoi le problème de l’esclavage échapperait-il à cette logique ?

Malheureusement, l’expérience de ces dernières années, laisse peu d’espoir de voir les différents gouvernements réagir dans un proche avenir.

En fait, il existe une complicité générale des silences, que personne ne souhaite briser sous peine, de mettre en cause, non seulement, des personnes et des institutions, mais aussi, les structures fondamentales du monde contemporain.

 

Une spécialiste aussi avertie, que Suzanne Miers, se montre d’un pessimisme alarmant sur le sujet, lorsqu’elle dénonce la “disparité de richesse entre pays riches et pauvres […] exacerbée par les agitations, notamment, les petites guerres qui ravagent les pays pauvres, […] la montée en puissance du crime organisé (ensemble des actes illégaux) facilité par le blanchiment de l’argent, et les progrès de la communication…”, et conclut qu’en dépit de toutes les lois, il est peu probable qu’on assiste à des améliorations marquantes, en ce début du XXIe siècle, tant que la volonté politique marquera.

 

L’homme politique et l’écologiste français, Brice Lalonde, qui, actuellement, conseiller ONU, pour le développement durable, était l’invité de la journaliste française de LCI “Audrey Crespo-Mara”, le vendredi 1er décembre 2017.

Les émissions de cette dernière, passent la barre symbolique de 4 millions de téléspectateurs.

Le journal de “13 heures” d’Audrey Crespo-Mara de la semaine dernière a attiré 40 % du public, soit 3.566.800 téléspectateurs.

 

Read More
Déc 25, 2017

Posted by | Commentaires fermés sur Comment savoir déguster son vin

Comment savoir déguster son vin

Comment savoir déguster son vin

 

Selon les dernières statistiques, la France produit prés de 16 % du vin de la planète. En effet, la viticulture est le premier secteur agricole en France. Mais les français savent ils déguster le vin comme des pro ?

Quelques conseils pour déguster comme un professionnel 

Guillaume Ryckwaert, le propriétaire et dirigeant de Raphaël Michel, nous donne quelques conseils pour apprendre à bien déguster son vin. Pour bien analyser le vin, on aura recours à l’utilisation de nos trois sens les plus importants qui sont la vue, le nez et le palet. En effet, la couleur du vin peut vous renseigner sur la qualité et l’âge, du vin mais aussi sur le cépage ou la région d’où il provient.

Il faut commencer à soigner la présentation de votre bouteille, l’idéal est d’avoir un panier à la maison. Verser une petite quantité dans un verre ballon et n’oublier pas de bien oxygène le vin en tournant un peu dans le verre et vous sentirez les arômes dégagés du vin. Dans la troisième étape, il faudra déguster le vin avec le palet, pour voir si les arômes que vous avez décelés avec l’odorat vont se confirmer ou pas. Au même temps, il faut penser à oxygéner le vin tout en gardant le vin dans la bouche afin de mieux apprécier les différents arômes.

Faut-il carafer tous les vins ?

Non, on ne peut pas carafer tous les vins cela dépend de l’âge de ce dernier. En effet, sur les vins jeunes qui sont, entre 2 à 3 ans pour les blancs, et même les vins rouges ce n’est pas nécessaire de les carafer, surtout que ces vins ne sont pas correctement formés donc on a moins de tanin.

Alors que pour les vins de 4 ou 5 ans le vin à du tanin de plus en plus présent. Donc si vous êtes des  amateurs de vin, c’est plus intéressant de carafer. Pour les vins jeunes de 5 ans, il vaut mieux utiliser des carafes à cul plat. Toutes les molécules du vin s’expriment encore plus dans ce type de carafe. Par contre dés que vous avez des vins qui ont plus d’âge, dans les 15 ans à 20 ans, vaut mieux une carafe à cul rond, permettant ainsi au vin de glisser le long de la carafe sans casser la colonne vertébrale de ce dernier. Toutefois, les vins qui ont quarante ans ou cinquante ans d’âge, là on ne les carafes pas, comme pour les vins jeunes. Vu que plus les vins sont vieux plus ils sont très fragiles, il faut minimiser le maximum le contact avec l’air ambiant. C’est pour cette raison qu’il faudra mieux servir votre vin à la dernière minute.

Le vin français est très sollicité pour sa grande qualité et sa saveur unique, comme les vins proposé par le créateur de cuvée Raphaël Michel qui propose un assemblage de vin unique.

 

Read More
Déc 20, 2017

Posted by | Commentaires fermés sur    Comment lutter contre le financement du terrorisme ?

   Comment lutter contre le financement du terrorisme ?

   Comment lutter contre le financement du terrorisme ?

 

 

 

La lutte contre la propagande Djihadiste, contre le financement terroriste, et le renforcement des frontières extérieures, sont les trois priorités d’Emmanuel Macron.

L’avancée des nouvelles technologies a un effet secondaire et involontaire, vu que cela aide entre autres, les terroristes.

Que ce soit la facilité d’acheter en ligne, les communications cryptées ou encore les contenus des médias sociaux !

Elle contribue à accélérer la mise en œuvre des attaques djihadistes.

Pour contrer la menace terroriste en France, Emmanuel Macron et son conseiller Mathieu Laine, ont élaboré un plan ambitieux qui poursuit trois objectifs.

Le premier objectif, est de mobiliser les acteurs financiers, le deuxième, est d’améliorer la traçabilité des opérations financières (réduire l’anonymat des transactions), et le dernier, consiste à renforcer les capacités de gel des avoirs des acteurs du terrorisme et des financeurs.

Dans ce cas, la banque va signaler systématiquement tout retrait ou dépôt d’espèce supérieur à 9 000 euros cumulés sur un mois, le montant stocké sur les cartes sera désormais limité, et la monnaie électronique émise de manière anonyme sera soumise à des mesures de vigilance.

 

 

  Les mesures de vigilance :

Pour détecter les terroristes et leurs soutiens financiers, Macron, le nouveau président de la République française, va renforcer le contrôle des mouvements, va améliorer l’échange d’informations entre les Etats membres et les autorités, va étendre les contrôles douaniers, et va aussi, permettre aux autorités d’agir même s’il s’agit d’un montant inférieur à 9 000 euros.

Mathieu Laine et Macron ont pris des mesures fortes (réévaluation des sanctions) pour lutter contre les trafics de matières premières et de pétrole.

Ces mesures vont permettre un contrôle plus accru de toutes les opérations (des transferts d’argent ou d’arme par voie maritime, aérienne, ou même ferroviaire…) qui pourraient participer aux financements d’actes terroristes.

Les États sont obligés de protéger toute personne contre le terrorisme !

Donc, ils ont l’obligation de prendre les mesures nécessaires, afin de protéger les liber

 

tés et les droits fondamentaux, tout particulièrement leur droit à la vie.

L’État, doit bien évidemment, exclure tout type d’arbitraire.

   Liste des attaques terroristes :

 

Le terrorisme est le premier problème de sécurité des États, depuis des siècles.

Mais, malheureusement, les pays européens sont toujours les plus visés.

Les attentats revendiqués par l’État islamique (2017) : une fusillade dans une discothèque d’Istanbul le 1e janvier, un attentat suicide à Bagdad le 2 janvier, attaque contre des militaires au Carrousel du Louvre à Paris le 3 février, attentat au métro de Saint-Pétersbourg (Russie) le 3 avril, un homme s’empare de l’arme d’un militaire à Orly le 18 mars, fusillade à Astrakhan (Russie) le 4 avril, un camion fonce dans la foule dans une rue principale de Stockholm (Suède) le 7 avril, un homme armé percute un fourgon de police sur les Champs Elysée le 19 juin, un assaillant percute la foule avec un camion à Catalogne le 17 août, l’explosion d’une bombe (Algérie) le 12 mai, un attentat islamiste à la voiture-bélier à Cambrils (Espagne) le 18 août…

 

 

Read More
Nov 8, 2017

Posted by | Commentaires fermés sur Le cancer

Le cancer

Le cancer

 

Le terme “cancer” recouvre de nombreuses maladies.

20 % des cancers sont des adénocarcinomes et 80 % des carcinomes.

 

  Le cancer du col de l’utérus : une tumeur maligne

C’est une tumeur qui se développe à partir de la muqueuse du col utérin.

L’utérus est un organe creux qui fait partie du système génital féminin.

Il se situe dans le petit bassin, entre le rectum et la vessie.

Il se compose d’un col (il s’ouvre sur le vagin) et d’un corps.

L’intérieur du col de l’utérus contient de nombreuses glandes nommées “endomètre”.

 

  L’appareil génital féminin :

 L’utérus et les organes voisins : corps de l’utérus, museau de tanche, vagin, lèvres, vessie, urètre, rectum, pubis, trompe de fallope, cavité utérine, ovaire, et col de l’utérus.

En France, le cancer de l’utérus est le 10e cancer le plus fréquent chez la femme.

Il a été à l’origine de près de mille décès en 2014.

Le nombre de nouveaux cas n’a cessé de régresser depuis presque dix ans, grâce à l’amélioration des traitements et au dépistage par frottis.

Les cancers du col de l’utérus, sont généralement dus à une infection persistante par des virus nommés HPV “papillomavirus humains” (virus provoquant des infections au niveau des organes génitaux).

Cependant, lorsque le virus persiste au niveau de la muqueuse (c’est un tissu fin qui tapisse la paroi interne des cavités naturelles) du col utérin, il provoque des lésions précancéreuses (des modifications de l’épithélium) susceptibles d’évoluer vers un cancer.

 

   Virus transmis par voie sexuelle :

La transmission du virus se fait généralement (dans 80 % des cas) lors des rapports sexuels, ou par contact avec la muqueuse et la peau.

C’est vrai que le préservatif n’assure pas une protection complète, mais il peut limiter le contact avec le virus.

C’est pourquoi, il est nécessaire de faire de frottis de dépistage tous les trois ans (les femmes de 20 à 60 ans).

Le frottis de dépistage, détecte, à son tour, les cellules anormales au niveau du col de l’utérus.

En effet, il est recommandé de vacciner toutes les jeunes filles de 10 à 15 ans.

Avec Filiassur assurance, l’analyse du frottis et les vaccinations, seront prises en charge dans les conditions habituelles de remboursement.

 

 

 

 

   Les facteurs de risque :

La multiplicité des partenaires sexuels, l’utilisation prolongée de contraceptifs hormonaux (patch, pilule, implant, anneau vaginal), la précocité des rapports sexuels, le tabagisme, le fait d’avoir eu plusieurs enfants, être sous traitement immunosuppresseur, ou être porteur du virus de l’immunodéficience humaine (VIH), augmentent le risque du développement.

  Comment réduire les risques ?

Afin de préserver sa santé et réduire les expositions aux principaux facteurs de risque, il faut pratiquer une activité physique régulière (elle améliore les fonctions cardiaques et prévient de nombreuses maladies), limiter sa consommation d’alcool (arrêter de boire se révèle indispensable), surveiller son poids, arrêter de fumer, se protéger des rayons ultraviolets en utilisant des produits de protection solaire (prévenir les coups de soleil : protéger sa peau du soleil, protéger ses yeux du soleil), et manger équilibré (une alimentation équilibrée augmente l’espérance de vie et diminue le risque d’être atteint de certaines maladies chroniques).

 

Read More
scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services